La quatrième de couverture doit comporter plusieurs éléments « techniques » légaux. Le numéro ISBN du livre est le plus important. Si le dépôt légal auprès de la BNF est obligatoire, il faut ensuite que l’ISBN apparaisse clairement sur le livre. Difficile d’en voir l’intérêt si on se contente de ne vendre que sur une plateforme en ligne, mais c’est ainsi, cette mention est obligatoire. Tout comme le prix du livre, TTC bien évidemment. Ces deux éléments sont associés et doivent figurer sur la quatrième de couverture. Pour le reste, l’auteur est assez libre. Il peut y placer une photo de lui, c’est toujours plus sympathique. Il s’agit d’une mode très anglo-saxonne, mais les lecteurs apprécient de voir qui est l’auteur dont ils sont en train de découvrir l’ouvrage.

Ensuite, on entre dans l’élément essentiel de la quatrième de couverture : le texte d’accroche. Volontairement je n’utilise pas le terme de « résumé » qui immédiatement fait référence à une manière d’écrire que l’on apprend à l’école. Et dans ce cas précis il ne s’agit pas exactement de résumer le livre mais bien d’accrocher l’attention des futurs lecteurs. L’exercice est donc beaucoup plus difficile. Quelques éléments importants sont à prendre en compte. L’accroche doit respecter le genre littéraire du livre. Il faut, à la lecture de ce petit texte, que chacun sache à quoi il doit s’attendre : une romance, de la science-fiction, un polar… Ceci définit le ton employé pour sa rédaction. Puis il faut donner les éléments principaux de l’histoire : le nom du personnage principal, le lieu où se déroule l’action. Il ne faut pas trop en dire non plus et bien sûr ne pas révéler un élément de l’intrigue dans l’accroche. Enfin, il faut inciter à la lecture. Ce qui veut dire suggérer des interrogations, créer un suspense.

Si l’exercice est si difficile c’est donc parce qu’il faut à la fois indiquer clairement au futur lecteur quel type d’histoire il va découvrir, mais aussi susciter son intérêt en lui prouvant que le livre est original et qu’il a raison de vouloir le lire. Ainsi, si l’on peut s’inspirer de la manière de rédiger l’accroche des livres appartenant au même univers, il ne faut jamais tenter de faire un copier-coller. Dans l’édition traditionnelle, c’est l’éditeur qui rédige l’accroche, il est plus simple pour lui de prendre du recul et de discerner les éléments qui vont inciter à la lecture. En autoédition, si vous avez fait relire votre livre par des proches ou des bêta lecteurs, il est intéressant de leur demander leur ressenti, quels termes définissent le mieux, selon eux, l’ouvrage. C’est à partir de là que vous pourrez construire une accroche percutante. N’oublions pas le cheminement le plus commun pour se décider à acheter un livre : la couverture, le titre puis la quatrième de couverture. Tous ces éléments doivent être convaincants.

Sur la quatrième de couverture, on peut aussi ajouter une courte biographie de l’auteur. Ce n’est pas un élément indispensable, mais toujours bienvenu. Cette biographie s’écrit à la troisième personne. Dans ce domaine, la liberté est totale. S’il s’agit de votre premier roman, il ne faut garder que les éléments qui expliquent ce qui vous a amené à écrire un livre dans un genre précis. Ici vous pouvez indiquer vos « modèles », vos auteurs préférés qui vous ont donné envie de prendre la plume. Si vous avez déjà publié d’autres livres, c’est le moment de les rappeler pour montrer que vous êtes un auteur expérimenté. Attention à ne pas mentir et à utiliser une phrase du type : « après le best-seller… ». Si le lecteur fait une recherche et voit que ce fameux best-seller n’a que deux commentaires, le doute s’installe. Enfin, il y a le cas où vous avez choisi un pseudonyme. Là, la biographie est évidemment totalement libre et inventée, vous pouvez vous créer un personnage.

La quatrième de couverture doit aller à l’essentiel, être claire et concise. Si le texte d’accroche est trop long, peu le liront jusqu’au bout. Tout ce qui est du domaine de l’apparence, donc l’extérieur du livre, doit être abordé comme autant d’éléments commerciaux qui doivent susciter l’intérêt et donner envie de découvrir le texte. Couverture et quatrième de couverture sont des éléments publicitaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *